Chute d'une croisiériste pendant son sommeil : élément imprévisible ?

Chute d'une croisiériste pendant son sommeil : élément imprévisible ?

Doit être censuré l'arrêt d'appel qui déclare l'organisateur de croisirères responsable des préjudices d'une passagère ayant heurté sa table de nuit pendant son sommeil, en omettant de caractériser en quoi une chute survenue dans de telles circonstances était prévisible et aurait pu être évitée par l'organisateur.

Un homme et sa mère ont conclu avec une agence de voyages un contrat ayant pour objet une croisière sur le Rhin, prestation assurée par une (...)
Cet article est réservé aux abonnés
Vous êtes abonné ?
Identifiez-vous
Vous souhaitez vous abonner ?
Découvrez nos formules
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.